c

Ca se passe pendant un dîner de vacances, un de ceux où l’on refait le monde. Une amie me parle de son souhait de devenir indépendante d’ici quelques années, de créer son truc à elle, de travailler à son rythme, d’où elle veut. Elle en parle avec des étoiles dans les yeux… « mais je n’ai pas d’idée ». Voilà comment le rêve s’arrête net.

Et c’est quelque chose que j’entends très souvent, sous des formes variées comme « j’aimerais bien faire tout autre chose, mais quoi ? ».
Trouver une idée semble compliqué, voire perdu d’avance, et cela devient finalement bloquant : « je n’ai pas d’idée, donc je ne peux pas avancer ».

Souvent, on pense qu’il faut y réfléchir très fort, et que l’idée va arriver. Comme ça. Pop. Or, ce n’est pas vraiment comme ça que ça se passe. On finit plutôt par tourner en rond. On se bloque, on s’immobilise à force de réflexion, d’analyse, de prise de tête.

A un moment, quand on est allé au bout de sa réflexion, ma conviction est qu’il faut passer à l’action.

Soyons clair, quand je parle de passer à l’action, je ne parle pas de donner sa démission ou de tout plaquer pour aller vivre à l’autre bout du monde.
Non, passer à l’action signifie ici expérimenter, vivre une expérience, pas seulement avec sa tête, mais également avec son corps et son coeur.

Passer à l’action, c’est vivre une expérience pas seulement avec sa tête, mais également avec son corps et son coeur.

Je crois vraiment que les idées ne viennent pas uniquement de la réflexion, mais qu’elles naissent aussi dans l’action. C’est de l’action, de la confrontation avec la réalité, de l’interaction avec les autres, que vient l’inspiration.

Elizabeth Gilbert, l’auteur de « Comme par magie – vivre sa créativité sans la craindre » parle dans son livre de curiosité : « La curiosité pose toujours une unique et simple question : y a-t-il quelque chose qui t’intéresse ? N’importe quoi ? Même un tout petit peu ? Si banal ou insignifiant que ce soit ? ».

Et elle raconte comment, à court d’idée à un moment de sa carrière d’écrivain, elle s’est posé la question de ce qui l’intéressait un tout petit peu et la réponse fut « le jardinage ». Elle venait d’acheter une maison avec un jardin. Elle a donc fait quelques plantations. Elle s’est rendue compte qu’elle adorait planter des fleurs. Puis que cela ne lui suffisait pas de planter ces fleurs, elle voulait en savoir plus sur leurs origines.

Elle a commencé à s’intéresser à d’où venaient ses tulipes, sa glycine, ses iris. Ce qui l’intriguait, c’était l’histoire botanique. C’est devenu une fascination totale. Elle a finalement fait 3 ans de recherches, de voyages et d’enquêtes et écrit « L’empreinte de toute chose », un roman sur une famille fictive d’explorateurs botaniques du 19è siècle.

C’est en faisant des choses, en expérimentant, en testant que l’on peut faire avancer sa réflexion. C‘est important d’avoir des expériences sur lesquelles on peut se poser, réfléchir, puis agir à nouveau.

C’est une spirale vertueuse. Il n’est pas question de ne pas réfléchir, il est question d’avoir des choses sur lesquelles réfléchir, des choses à analyser.

Et puis, j’ai lu quelque part que « si on ne sait pas ce que l’on aime, c’est peut-être parce qu’on n’a pas vu ou fait assez de choses ». L’action une fois de plus entre en jeu. Rester dans son coin à attendre de savoir ce qui nous plairait, ben, ça ne marche pas vraiment.

Et lorsque vous commencez à avoir des idées, continuez l’expérimentation ! Elle est utile où que vous soyez sur le chemin du changement de vie professionnelle.

-Si vous n’avez pas vraiment d’idée

Comme on vient de le voir, faire des expériences vous permet de trouver des idées, de l’inspiration, parce que votre idée n’est pas cachée au fond de vous à attendre que vous la découvriez !

Pour reprendre les propos d’Elisabeth Gilbert dans « Comme par magie », il s’agit d’identifier une infime parcelle d’intérêt pour quelque chose et de la regarder de plus près. Suivre le premier « indice », voir où cela peut nous entrainer. Puis le deuxième indice, le troisième etc. Exactement comme un jeu de piste.
Alors, qu’est-ce qui vous intéresse aujourd’hui ? Rappelez-vous, cela peut être tout à fait insignifiant.

-Si vous avez des pistes vagues

Si vous avez des premières pistes, c’est super, car expérimenter des petites choses dans ces domaines là vous permettra d’emmener votre idée plus loin, de peut-être la transformer en projet et d’avancer sur votre projet, ou bien de vous dire : « non, ce n’est pas par là que je souhaite aller ».

J’ai des clients qui me disent : « Je m’intéresse à x, y, mais je ne vois pas comment je pourrais en vivre ». Ou « mais ce n’est pas un métier ». Ou « je n’ai pas le réseau » ou « ils ne recrutent pas mon genre de profil ». Le blocage dont je parlais en début d’article intervient donc parfois plus tard.

Or c’est justement en passant à l’action que l’on va emmener son idée plus loin, voire la transformer en une ou plusieurs nouvelles idées.

Saviez-vous que 85% des postes qui existeront à l’horizon 2030 n’existent pas encore ? (voir l’étude ici).
Si la plupart des métiers de demain n’existent pas, alors il va falloir en inventer, on ne peut plus simplement réfléchir à une idée de métier !
La réflexion seule ne permet pas de nous projeter vers ce que nous ne connaissons pas encore, vers des possibles que nous n’avons pas encore essayés, ou vers des situations de travail nouvelles.

Et donc l’action a une cette autre vertu, c’est en faisant que vous allez inventer votre nouveau métier. Vous allez répondre à ces deux questions : comment transformer cette idée en job, et en un job à mon image ? Vous allez voir ce qui vous plait le plus, ce que vous faites le mieux et quelle direction vous voulez donner à ces pistes de métier.

Par exemple, si la décoration d’intérieur est une piste, expérimenter vous permettra de décider si vous voulez travailler en indépendant ou dans une structure, si vous préférez la déco chez un particulier ou la déco d’hotel. Ou donner des cours de décoration? Ou écrire sur la déco ? L’action à ce stade consiste à enquêter sur vos premières pistes, mais pas juste en lisant des fiches métier, en allant dans la vraie vie ! (je vous dis comment faire un peu plus loin dans l’article)

-Si vous avez une idée précise

Si vous avez une idée, allez-y : testez la !
C’est important d’expérimenter des choses autour de cette idée pour voir si cette piste vous plait vraiment, si votre profil intéresse de futurs employeurs ou clients, et si vous aimez développer vos compétences dans ce domaine.

Parce que se lancer sans avoir testé, ça fait peur non ?

Et il y a plein de façons de tester (voir notamment les idées 7 à 9 plus loin). Comme le dit Orelsan dans « Notes pour plus tard »,

Si tu veux faire des films, t’as juste besoin d’un truc qui filme.

 

Alors pour vous aider, voici 9 façons de passer à l’action. Où que vous en soyez dans votre projet, que vous ayez une liste de pistes à essayer ou juste un début d’idée à pousser plus loin, vous trouverez forcement celle qui vous correspond !

1- Se former

Cela peut être démarrer une formation gratuite, un MOOC par exemple.
Vous en trouverez sur My Mooc ou Fun Mooc , ou ed-X si vous parlez anglais. Vous trouverez aussi des cours en ligne sur OpenClassrooms.
Choisir et suivre une formation permet de, au-delà de développer de nouvelles compétences, de repérer des sujets d’intérêt, de motivation pour vous. Et je vous recommande surtout de participer aux travaux de groupe qui y sont souvent organisés, cela vous permettra de mettre le pied à l’étrier et de rencontrer d’autres personnes intéressées par le même sujet. Une de mes amies a suivi un MOOC sur la décoration d’intérieur, avec son groupe elle a travaillé sur un vrai projet et a ainsi pu créer un premier book à montrer à ses futurs clients !

2- Participer à des Meet up

Les Meet Up sont des réunions / formations / discussions organisées par des gens comme vous et moi sur des thèmes précis : l’e-learning, la créativité, le yoga ou le growth hacking, bref, vous trouverez forcément un thème qui vous intéresse et que vous avez envie de découvrir davantage ! Vous rencontrerez aussi les personnes qui s’intéressent à ce même sujet.

3- Démarrer une nouvelle activité de loisirs

Redevenez un débutant ! Cela vous permettra de nourrir votre réflexion sur qui vous êtes, ce qui vous enthousiasme, comment vous apprenez, comment vous appréhendez la nouveauté, etc.

4- Interroger ses proches

Prenez une grand feuille de papier et écrivez dessus : vos traits de personnalité caractéristiques, vos talents, vos compétences, vos centres d’intérêt, ce que vous aimez faire et que vous aimeriez retrouver dans votre job, et vos valeurs. (Si vous avez besoin d’aide pour répondre à ces questions, allez vite vous inscrire à ma mini-formation gratuite « 7 jours pour y voir plus clair » ; vous aurez chaque jour un tip/une action pour travailler dessus)

Ensuite, montrez cette feuille à votre entourage. A partir des éléments qu’ils ont sous les yeux, dans quel secteur imaginent-ils cette personne travailler ? Quel type de métier leur semblerait-il logique pour cette personne d’exercer ? Demandez leur de vous surprendre avec des métiers que vous ne connaissez pas ! Et demandez leur de montrer cette feuille à des personnes de leur réseau, qui ne vous connaissent pas.
Amusez vous, faites des recoupements entre une de vos compétences et un centre d’intérêt, ça donne quoi ? Faites des mélanges, osez, rêvez !
Vous obtenez là des pistes possibles, brutes certes, mais qui indiquent déjà de grandes directions… à expérimenter bien sûr !

5- Partir en voyage

Voyager est un bon moyen de trouver l’inspiration. Loin de nos habitudes, de notre entourage, on découvre d’autres facettes de nous-mêmes, on découvre des choses qu’on ne se serait peut être pas cru capable de faire.
Et si on a une première piste sur ce que l’on veut faire, alors pourquoi ne pas enquêter sur ces pistes là-bas, en rencontrant des pros sur place (voir idée 6 pour les identifier) ? Il y a de fortes chances pour que cela emmène vos projets un cran plus loin !

6- Rencontrer des pros

On a tous une idée préconçue de ce que représente un job et parfois cela nous freine « il parait que c’est un secteur hyper bouché» ou « ils ne prennent pas des profils comme le mien ». Alors rien de mieux que d’interroger des professionnels pour se faire une vraie idée.
Mais comment les trouver ? Linkedin est un outil particulièrement puissant puisque la moitié de la population active française est membre de ce réseau. Vous pouvez aussi aller voir My Job Glasses, un site qui répertorie des professionnels prêts à vous parler de leur métier.
(pour en savoir plus sur Linkedin, et sur les réseaux sociaux en général pour une reconversion, découvrez mon guide online “Changer de métier : comment les réseaux sociaux peuvent vous aider” )

7- Faire comme si sur Instagram

Si vous étiez visual merchandiser, vous posteriez quoi sur Instagram ? Probablement des photos de vitrines que vous trouvez réussies, des suggestions de présentation, des croquis faits vous-même, des sources d’inspiration etc. Eh bien, faites-le sans attendre d’être visual merchandiser ! Vous verrez si cela intéresse des gens, vous aurez de nouveaux contacts, vous ferez des rencontres, bref on ne sait pas où ça vous menera ! Instagram est idéal car tout le monde peut suivre tout le monde, et comme on partage des images, c’est assez simple à mettre en place.

8- Aider des amis

Si vous avez une idée à tester, un secteur qui vous plait, un métier que vous voulez exercer, alors mettez vous y tout de suite, avec vos amis ! Proposez des missions :
-envie de bosser dans l’immobilier ? recherchez leur appart de rêve
-envie de faire de la déco ? faites leur des propositions pour une pièce de leur maison
-envie de travailler avec les enfants ? créez un programme d’activité pour leurs enfants
-envie de devenir fiscaliste ? proposez leur des solutions pour payer moins d’impôt

Ce sont des premières pistes, à vous d’être créatif dans la mission !
Et au-delà d’aider votre entourage, vous pouvez aussi aider des entreprises. Vous voulez être social media manager ? Alors apportez à l’entreprise de vos rêves une proposition pour leur permettre d’atteindre leurs objectifs via les réseaux sociaux. Je vous garantis que c’est une super manière d’obtenir un entretien d’embauche !

9- Tester en vrai

Il existe aujourd’hui de multiples formules qui vous permettent de tester « en vrai » un métier. En voici quelques unes:

les plus généralistes : testunmétier.com, Test Mon Job, Viemonjob : de sage-femme à comptable en passant par fleuriste ou avocat, ces sites vous permettent de tester le métier qui vous fait envie auprès d’un professionnel, en immersion à ses cotés pendant un temps.

-metiers de la terre
Oh la vache ! organise des séjours en immersion et des stages chez un agriculteur, ou un viticulteur, un maraicher, etc
-le woofing : à la base il s’agit d’un concept permettant de voyager pas cher : vous travaillez dans une ferme, et en échange vous etes logé et nourri, et avez du temps libre pour decouvrir le pays. Le woofing permet aussi une transmission de savoir entre des agriculteurs et des personnes cherchant à devenir agriculteur, et vous pouvez aussi rester en France !

-métiers artisanaux
WECANDOO vous propose de découvrir le quotidien d’un artisan et de vous initier à son savoir-faire.

-start up : vous rêvez de bosser dans une start up mais ne savez pas si c’est fait pour vous ? OSCARh organise des immersions apprenantes en startup, destinées aux personnes travaillant dans un grand groupe ou bien en transition professionnelle.

-pour les étudiants
StaffMe vous propose des missions auprès d’entreprises qui cherchent un coup de main dans des secteurs variés.

 

Et après ?

L’intérêt de toutes ces actions est d’en savoir plus, d’être de plus en plus précis dans votre connaissance de vous et de ce qui vous fait envie pour les années à venir.

Il est donc important, à chaque fois que vous agissez, que vous expérimentez quelque chose, de venir ajouter dans un carnet une nouvelle réponse à une ou plusieurs de ces questions :
-est-ce que cette expérience m’a plu ? qu’ai-je ressenti ? qu’est-ce qui m’a enthousiasmé ?
-qu’est-ce qui était facile pour moi ? qu’est-ce qui était difficile ? ai-je aimé développé des compétences dans ce domaine ?
-ai-je apprécié les personnes que j’ai rencontrées ? ai-je envie de travailler avec ce genre de personne ? dans cette « communauté » ?
-qu’est-ce que je veux dans ma vie d’ici 1 à 2 ans ?

Et ensuite de repartir tester, expérimenter, jusqu’à trouver -ou inventer- le job qui vous convient parfaitement !

En résumé :

Si vous restez à attendre « l’idée » et qu’elle ne vient pas, dans 6 mois, dans un an, vous en serez toujours au même point : envie de changer votre vie professionnelle mais pas d’idée.

Vous pouvez aussi lire des livres sur la reconversion, des témoignages, c’est très inspirant, mais tant que vous ne passez pas à l’action, tant que vous ne faites pas un pas, il ne se passera rien.
L’action est primordiale dans un processus de changement de carrière.

Ce qui compte c’est de faire vos premiers pas le plus tôt possible. Même de tout petits pas.

La plus petite des actions vaudra toujours mieux que la plus grande des intentions.

Gandhi

Ils seront imparfaits et ce n’est pas grave, l’idée est juste de se mettre en mouvement, et qui sait ce qui arrivera …

Alors quelle serait l’action, la petite action, le petit pas qui vous permettrait de goûter un peu à votre future destination ?

 

 

Crédit photos : David Straight

 

 

 

 

 

 

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *