c

Connaissez-vous la sylvothérapie, la thérapie par les arbres ? C’est une pratique qui vient du Japon, où le Shinrin-Yoku ou « bain de forêt », une démarche d’immersion dans la nature, est reconnu comme une médecine préventive. On en parle beaucoup en ce moment, vous avez peut-être vu des reportages ou des livres à ce sujet.

Intriguée par ce phénomène, j’ai tout de suite répondu oui quand Serge Mang-Joubert de Entre les Arbres a proposé une initiation intitulée « La forêt comme miroir de nos forces ». Une séance de 3 heures au Parc de la Tête d’Or -pas vraiment une forêt mais plus pratique pour nous citadins lyonnais :-), -et surtout un parc avec de magnifiques arbres.

J’ai voulu faire cette expérience à titre personnel, mais aussi parce que je me suis dit que ça pourrait intéresser certains de mes clients à un moment de leur accompagnement au changement de vie professionnelle. Quand on cherche à réinventer sa vie professionnelle, on a besoin de connaitre ses forces, et j’aime l’idée de faire vivre une expérience qui ne sollicite pas uniquement  la tête, mais également le corps et le coeur.

Et puis quand on s’appelle Sylvie, forcément, la sylvothérapie ça se tente !

Pourquoi les arbres ?

Serge explique sur son site que « L’écosystème forestier en général, et les arbres en particulier, ont développé au cours de l’évolution des caractéristiques fascinantes, des spécificités, des façons d’ « être au monde » qui peuvent nous inspirer et nous aider à nous montrer qui nous sommes par ce que nous voyons en eux, par ce que nous projetons sur eux. Les valeurs du vivant que sont la solidarité, l’inventivité, la capacité d’adaptation, la beauté, la richesse, sont autant de sources d’inspiration pour oser les changements à mettre en œuvre pour se rapprocher de son essence. »

Ca se passe comment ?

Nous voila donc par un bel après-midi de printemps regroupés autour de Serge, équipés de bonnes chaussures et de plaids pour nous asseoir dans l’herbe. Apres les présentations de chacun et les explications de Serge, l’après-midi se déroule entre des temps appelés « invitations », et des moments de partage de nos ressentis en groupe. Une structure claire donc, et de la liberté, personne n’est obligé de parler pendant ces temps, et surtout chacun y partage ce qu’il souhaite partager. Me voila rassurée !

Les « invitations » sont des expériences que Serge nous propose de vivre. Par exemple, une des invitations consistait à explorer le parc avec les yeux bandés, avec à nos cotés un « ange gardien », c’est-à-dire une autre personne du groupe qui devait, sans nous parler, nous avertir des « dangers ». Expérience très intéressante à vivre, apprendre à se servir de tous nos sens, sentir le vent, toucher l’herbe, les plantes, les arbres, les sentir, écouter les bruits, faire confiance à l’autre. Et on apprend autant en explorant qu’en étant l’ange gardien. En voyant ma partenaire de jeu évoluer, j’ai pris conscience que contrairement à elle, je n’avais pas du tout utilisé mes bras pour m’orienter ! Elle de son coté a perçu que j’étais gênée quand elle était trop près de moi, trop présente, et a donc choisi de m’accompagner d’un peu plus loin, me laissant expérimenter à mon gré.

Les discussions des groupe étaient l’occasion de s’exprimer sur nos ressentis, ce qui peut être assez bouleversant car on prend conscience de certaines choses nouvelles, qu’on n’avait pas vues. Serge est toujours là pour accueillir cette parole. Et c’est aussi super d’écouter les autres car il y a toujours une situation qui fait écho à la nôtre.

Je ne rentrerai pas plus en détails dans les autres invitations, c’est une expérience très personnelle que je vous souhaite de vivre, je ne veux pas gâcher la surprise ! J’irai donc directement à ce que j’en ai retiré.

Je suis repartie avec

Davantage de confiance en moi, très nettement. Cela est probablement dû au fait que pendant cette session, j’ai compris qu’on était tous reliés les uns aux autres, qu’on faisait partie d’un grand tout qu’est la Nature, et que malgré cela, chacun avait sa place.

J’ai découvert que je n’utilisais pas ou pas assez certaines de mes forces ou talents.

J’ai pris conscience que démarrer une activité, cela a un un côté à la fois fragile et gracieux, émouvant quelque part.

Je suis repartie fatiguée, un peu vidée, mais avec de la « bonne » fatigue comme après une bonne journée en plein air, et ça fait du bien. Cela m’a donné envie de retourner plus souvent dans la nature, ce que j’ai fait depuis.

Je suis sortie de ma zone de confort : en faisant des exercices qui peuvent sembler « étranges » au premier abord, en osant me montrer, parler en groupe, en acceptant de ne pas savoir ce qui va se passer; j’ai appris à faire confiance et lâcher prise.

J’étais beaucoup plus branchée sur mon corps et mes émotions que sur ma pensée, j’ai lâché le mental, et ça, ça fait du bien !

Et avec le recul, je me rends compte que toutes ces découvertes sont bien ancrées dans mon corps et dans ma tête.

En résumé, si vous êtes en train de travailler sur un changement de vie professionnelle, le bain de forêt vous permet de découvrir vos forces, de gérer l’incertitude, de tester quelque chose de nouveau, de lâcher prise, bref de vous faire du bien et de retrouver votre âme d’enfant – ce qui n’est pas toujours facile pour les plus cartésiens d’entre nous !

 

Merci à Serge d’Entre les Arbres pour cette belle découverte.

Crédit photos :
Veronica Gomez Ibarra on Unsplash
D Jameson Rage on Unsplash
Martin Adams on Unsplash

 

 

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *